Mélie Nasr, formatrice anti-discriminations

Invitée de l'épisode 23 de Joyeux Bazar, Mélie a publié le recueil "Re: Contes" qui revisite les contes de notre enfance sous un prisme plus inclusif. Elle accompagne aussi les entreprises et leurs collaborateurs pour une meilleure connaissance des questions de discrimination.

Lutter contre les discriminations, est-ce que ça s'apprend ?

Je pense que oui, car la majorité des comportements « ordinaires » sont automatiques et sans arrière-pensée : dire à un.e collègue perçu.e comme arabe « tiens, il y a couscous à la cantine aujourd’hui, ça va te plaire » ne relève pas forcément d’une envie de blesser. Le problème, c’est que la prolifération de ce genre d’agissements finit par mener à des discriminations. Par exemple, « on ne va pas donner ce poste à Marine, elle est enceinte, ce ne serait pas lui rendre service » : une pensée sexiste (on n’entend jamais cette phrase pour un homme) qui aboutit à une discrimination, puisque la carrière de Marine sera impactée sans qu’on lui ait demandé son avis.

"Les sujets de racisme, LGBTQI-phobies et validisme prennent de l’essor à mesure que la société civile s’en empare"

Mélie Nasr

Comment se passent concrètement tes formations ?

Je travaille surtout autour des violences sexistes et sexuelles (avec les entreprises Ekiwork et Egae), mais les sujets de racisme, LGBTQI-phobies et validisme prennent de l’essor à mesure que la société civile s’en empare. On forme les personnes à reconnaître et nommer les situations – agissement sexiste, discrimination raciste, harcèlement sexuel, etc. – sur une base objective, celle du cadre juridique. On va aussi réfléchir à comment réagir en tant que témoin, reconnaître des signaux faibles, accueillir un témoignage et le signaler.

Est-ce que ça suffit à changer sa vision du monde ?

Les « déclics » sont très fréquents – chez des personnes qui ont vécu ces comportements en tant que cible, témoin ou auteur.ice. Beaucoup nous disent qu’ils et elles se sentent plus à l’aise pour en parler dans leurs équipes et en faire un sujet collectif au lieu de l’éviter. À mon sens, c’est aussi à cela que sert la formation : que chacun.e puisse dire « ton propos ne me va pas », et qu’on en parle en mode « solution » et non pas « qui a raison ».

Mélie, qui est franco-libanaise et a grandi à Londres, a par ailleurs créé le merveilleux podcast Passé Recomposé, dans lequel des personnes racontent la vie de leurs grands-parents. Retrouvez toutes ses activités sur son site web.

Vous pouvez aussi écouter son passage dans Joyeux Bazar, au cours duquel elle explore notamment - de manière tout à fait délicieuse - la fameuse question "tu viens d'où ?"...

NEWSLETTER

Chaque mois, des contenus qui créent un pont vers les identités plurielles

Les autres articles :

RESTER EN CONTACT :

SUIVEZ-NOUS SUR :

ÉCOUTEZ-NOUS SUR :

Copyright Joyeux Bazar Podcast 2021
Site créé par PIKO PIKO
spotify linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram