Episode 27 – Marie-Cécile Zinsou : « Je sais qui je suis, je n’ai pas besoin de validation dans le regard de l’autre »

Écouter le podcast :

Marie-Cécile Zinsou a créé le premier lieu africain d’art contemporain sur le continent. A 21 ans, elle est fatiguée de fantasmer le Bénin de son père, où elle ne pouvait mettre les pieds pour des raisons politiques (la famille est exilée en France car le grand-oncle Emile Derlin Zinsou, ancien président du Bénin, a été condamné à mort par contumace). Elle décide donc que ça suffit : sa construction passe par ce pays, alors elle va s'y rendre.

Comment s’installe-t-on dans un pays qui est chez soi mais dont on ne connaît pas les réalités ? Comment une famille décide-t-elle d’investir son énergie et son patrimoine dans un projet inédit ? Comment gagne-t-on sa légitimité d’Africaine en étant blanche, française, étrangère ? Avec Marie-Cécile Zinsou nous avons exploré le fameux mythe du retour au pays, un sujet cher à Joyeux Bazar…

Vous nous entendrez parler de l’Angleterre où on lui a renvoyé tant de clichés sur les Français (1’07), de la place du Bénin dans son enfance parisienne et de l’importance des musées pour construire l’identité (3’44), du besoin impératif et non négociable qu’elle a eu soudain d’aller sur place (7’14), la genèse de la Fondation Zinsou (10’20), des difficultés pratiques pour mettre en place un tel projet (13’28), de la question de la légitimité pour implanter un lieu d’art en Afrique quand on est femme, blanche, jeune et « fille de » (15’39). Nous avons bien sûr évoqué la question de la restitution du patrimoine culturel africain dont elle est une fervente avocate (18’26), et Marie-Cécile a évoqué ses enfants, « les seuls petits Blancs qui s’appellent Ayodélé et Ola Bisi »…


Réalisation : Alexia Sena
Musique : Lowrider (by Joakim Karud)

-----------------------------

D'autres épisodes qui parlent de retour au pays :

  • Myriam au Citron (épisode #22) est partie s'installer au Maroc dans le village de son père, à la recherche d'un sentiment de communauté et d'appartenance (et ça n'est pas si simple...)
  • Tuong Vi (#6), pour son troisième voyage au Vietnam, a décidé d'emmener sa mère, Vietnamienne née en France, qui n'y avait jamais mis les pieds ! Elle a réalisé un film autour de cette rencontre
  • Maboula Soumahoro (#26) raconte le mythe du retour entretenu par ses parents, et comment ses travaux sur la diaspora noire lui ont fait comprendre son déracinement définitif (mais pas forcément triste)
  • Fanny (#12) a grandi au Maroc jusqu'à ses dix-huit ans, et la perspective qu'un jour sa grand-mère ne soit plus là, qu'elle n'ait plus ce lien avec le pays, lui est insupportable !
  • Stéphane (#10), métis russo-congolais, raconte son expatriation professionnelle en Afrique : illégitime dans le rôle du "frère" qui rentre au pays, il s'est présenté "en tant que Blanc"
  • Inès (#16), après avoir exploré le monde, ses langues, ses cultures, pense désormais qu'elle ne sera pas légitime en Tunisie tant qu'elle ne s'y installe pas...

NEWSLETTER

Chaque mois, des contenus qui créent un pont vers les identités plurielles

Les autres épisodes :

RESTER EN CONTACT :

SUIVEZ-NOUS SUR :

ÉCOUTEZ-NOUS SUR :

Copyright Joyeux Bazar Podcast 2021
Site créé par PIKO PIKO
spotify linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram